Archive de la catégorie ‘hey! ouai…’

Redire je t’aime!

Vendredi 8 août 2008

Il faut que ce texte ne ressemble pas à tous ce que je t’ai déjà écris, qu’il soit différent. Mon coeur a perdu sa langue, il ne veut pas me dire quel mot utiliser pour que tu me reprennes entre tes mains.

Quel con! Il ne veut rien me dire, toi tu me connais je ne suis rien sans lui, sans ce coeur qui me murmure quand bon lui semble les mots qui me permette de charmer le monde, toi je ne sais même pas si j’ai réussi un jour à te charmer.

Ah! Il est entre de me dire qu’il faudrait peut être inventer une autre langue.

Mai je crois qu’il est vraiment con, il crois vraiment que je suis assé intelligente pour le faire.

Ah! Il me dit que pour toi je pourrai.

Tu crois que c’est vrai?

Je peux toujours essayer.

Dit si je prends le mot « je t’aime » que je l’arrose d’une once de vérité, d’amour, de folie, de sérieux et de piment, de contradiction et de souffrance…..

Tu crois qu’il comprendrai que tu la en toi mon coeur? Qu’il te fais vivre? tu croit qu’il comprendrai que ce mot est nouveau qu’il est dit a la sauce « jody ».

Il souffle, il me demande d’arrêter de lui poser trop de question, que je suis entrain de tous gâcher. Alors je dois juste dire:

Je t’aime!

Il me dit que oui, et, que si on le dit ensemble mon coeur et moi il comprendra.

Je t’aime…..

Nice

Lundi 4 août 2008

Il fait chaud

Cette chambre m’assomme

Je suis allongé

Toi as coté

On est la allongé depuis deux jour

On pu la sueur

Le regard dans le vide depuis des heures

On n’a pas pris de douche depuis quand ?

Je ne sais pas

On regard le temps passé

Autour de nous

On fait l’amour comme des fous

Cette chambre est si petite

Elle sent la poussière

Va-t-on devenir comme elle

Poussière retournons à la poussière.

Les murs sont en carton

Les gens nous les entendons

On dirait qu’ils font des incantations

Ils me font tourner la tête

J’ai mal aux dents

Problème que j’ai depuis l’enfance

Je lui dis

Je crois qu’il ne m’entend plus

La vie est-elle encore en nous

Ou est t’elle comme nous

Attendant la fin de cette

De cette abomination.

Ryan

Samedi 28 juin 2008

Je suis devenue ton objet,

à mon coeur qui souffre de ta girouette,

Je serai toujours à tes pieds,

même si une autre me surpasserée.

Tu est mon dieu,

Plus criminel que barbare.

Mias tes enfants son mon destin,

je suis un de ces mauvais anges,

Qui te facine et te poursuis.

Rien encore n’a pu m’arracher de tes yeux,

à coup de pique et d’insomnie.

Et je finirai à tes pieds nourri d’immondice et de saloperie,

comme tous ces anges dechu et démuni.

La terre

Jeudi 15 mai 2008

J’ai dit à mon petit doigt

Dit moi tous, toute tes bêtises,

Il me répond:

-Je crois que le monde va mal,

Je l’ai rendu malade.

-Tu crois vraiment qu’un petit doigt,

Peu faire du mal à un monde

Déjà en état de décomposition.

-Il me dit oui je n’ais rien fait.

-Quoi tu n’as rien fait.

-Oui j’ai oublié d’éteindre la lumière.

-Quoi ?

-J’ai oublié d’éteindre la radio.

-Hein ?

-J’ai oublié d’éteindre la télé.

-Mais qu’est-ce que tu raconte ?

-Je raconte que j’ai dépensé de l’énergie,

Sans même penser a la vie.

-Mais de quelle vie tu parles

-De toi.

-Moi!

-Oui toi!

-Ben qu’est-ce qu’il y a ?

-Te rend tu compte de la perte de tellement de belle chose,

Les animaux, les plantes, les paysages qui disparaissent,

Que tu ne verra plus.

-Hein mais attend qu’est-ce que j’en ais à foutre!

-?

-Ben oui moi je les ai vue ces paysages, ces plantes

qui on disparu aujourd’hui.

Moi je serai mort quand tous cela arrivera.

-Mais tu es égoïste.

-C’est dans la nature humaine.

-Suis-je humain ?

-oui…

-Merde quel est le con qui a inventé l’être humain

-Dieu je crois….

Ma grand mère

Vendredi 21 décembre 2007

Mémé buvait

Moi je l’aimais

Mémé buvait

Mais qu’es que c’est?

Mes yeux d’enfant la regardé

Sa bouche comme du coton mastiqué

Des marshmallow englué

Sur son lit protégé

Tout le monde disait

Pépé picole

Il a pris mémé dans son alcool

Elle est sortie de son lit

Et moi je n’ai pas compris

Mémé étais si jolie

avec ces marshmallow sucrerie

Mon amour innocent d’enfant

Ne lui a jamais posé de jugement

Mémé étais une poivrotte

Et elle en est morte

Je l’aimé malgré sa maladie

Qui lui gâcher la vie.

 

L’avanciens ou l’anticipateur

Dimanche 25 novembre 2007

Une fois sorti de cette couverture qu’est la chaire de notre mère on commence à penser réfléchir à nos plus profonds besoins manger, boire et tous dégager.

Je ne c’est pas si nous pensons à se moment ou si nous vivons chaque instant.

Si nous vivons chaque instant, par la suite on n’est soit traumatisé pas cette forme de vivre et on se met à tous prévoir, tous organiser en pensant tous anticiper.

Ou au contraire on vis chaque moment, on expérimente ce monde, on bois, on fume et on se droguent, on voyagent, on découvrent et rencontrent d’autre personne, qui comme nous on cette façon de vivre au jour le jour comme on dit, moi je dirais tous simplement ils :

Avance

Il faut toujours que l’on compense entre c’est deux manière de vivre.

Si on tombe trop dans l’anticipation on ce rend fou on ce renferment en pensant se protéger de tous de l’alcool et ses ravages, du sexe et de la fumette et ses maladie, de la guerre et épidémie .On anticipent, on anticipent, toujours et encore on en devient psychopathe et à chaque bruit à chaque mouvement que l’on fait c’est pour une raison un intérêt pour soit, je bois de l’eau parce que c’est saint, je ne fume pas pour mes poumons, je ne bois pas pour mon p’tit foie, mais ces cons ce rendent t’ils compte ( la c’est se qui « Avance ») que sa sert a rien le monde et déjà pourris, on la tellement pourris avec nos connerie que même si tu te protége de tous ton cerveaux sera obligatoirement atteint pas cette société d’anticipation.

Par contre les Avanciens eux sont en générale les jeunes qui n’ont pas encore étaient atteint et c’est de la que vient l’expression « Ahh c’est jeunes » ils ne sont pas jeune ils ont juste encore tout leur esprit de curiosité, d’envie ,d’expérimenter, de tous toucher, de découvrir mais parfois à force d’expérimenter ils tombent dans une conduite additive (Mes cours d’infirmière ressorte…) qui tue tous ce qui les rendez Avanciens ils ne peuvent plus regarder devant ils ne voient que leur échappatoire leur drogue et c’est comme si ils avaient des oeillé ,leur drogue, leur drogue et leur drogue , mais c’est pauvres qui auraient pu nous faire avancer rendre notre cervelle un peu moins pourris qu’elle ne l’est déjà sont tombé sous ces objet.

Par faute d’anticipation

Ils auraient du la doser s’en injecter un peu pour éviter de tomber dedans et continuaient à défendre leur idée et essayé de faire marcher le monde un peu plus rond au lieu de fumer, de boire, entre pote autour d’une de table de rêver mais de ne jamais se bouger, se battre pour les appliquer.

C’est pauvre neurone qui partent en fumer en même tant que leur pauvre joins au bout de leur main.

Démence

Mardi 13 novembre 2007

Un miroir, un regard

Elle nous crée

Elle nous sculpte

Un regard derisoir

 

On la subit, la suit

Je cours, la fait

Je suis bannit et enfermer

Ma différence les à gener

 

Un miroir, un regard

une image recréer

Je me sculpte, retransmer

Un regard à la norme

 

Je vit, et m’adapte

A vous et parmis vous

On est tous remanier

Pour plaire à notre société

 

Ma définition

Vendredi 12 octobre 2007

Vous êtes vous déjà retrouvé dans cette situation celle ou vous êtes à table entre ami et la ils parlent d’un sujet  auquel vous ne comprenez rien mais sa a l’air super intelligent et vous aimeriez faire comme eux et dire mais oui ! Voila ! Mais non ! et tous comprendre….Mais la seule chose d’intelligent que vous arrivez à faire c’est de faire semblant de comprendre, c’est-à-dire un sourire, tous le monde rigole, alors vasi rigole ! Tout le monde dit oui, alors dit oui ! Avec un air intelligent bien sur. Mais tu n’as toujours rien compris et au fond de toi t’en a marre et c’est super vexant car ta l’impression d’être un con au milieu de personne super doué je c’est pas si vous avez déjà ressenti sa.

Et puis arrivé le soir dans ton lit tu pense à cette discutions auquel ta toujours rien compris, les phrases viennent et fusent dans ton cerveau plus lentement tu as le temps de les assimiler et la le déclic mais oui  j’ai compris et la tu te rend compte que t’est pas vraiment con mais t’est juste lent à comprendre et sa c’est encore plus chiant….puisque tu n’as jamais le temps de dire ton avis, tes idées, car si tout le monde se tais  et que toi tu viens  de comprendre et que sans faire exprès tu dit tous haut « mais oui ! » là ils te regardent et ils sont mort de rire et ta réputation en prend un coup, tous au long de ta vie tu as le droit au surnom de « deux tense » de personne qui est constamment dans la lune à qui on raconte plus de blague parce que c’est pas marrant de lui raconter des blagues il ne les comprend pas, tu rigole tous seul comme un con devant lui et lui il te regarde avec ses yeux de mec qui ne comprend jamais rien à la vie et tu dit mais c’est pas possible il est vraiment ,mais, vraiment ramolli du cerveau mais c’est ton pote et c’est pour sa que tu l’aime…

 

 

ps: bon beaucoup occupé pour le moment comme je vous les dit les cours on repris j’avais quelque textes en réservent alors je vous en balance un dans la foulé :p

Dévore !

Lundi 24 septembre 2007

Le monde me fait chier,

Il ne veut pas me laisser ,

Gambader, m’envoler.

Aimer, et puis me laissez aller

Dans un tourbillon de folie

Qui me ferais oublier tous mes ennuies.

Partir,

Sur la route des mes envies.

Les suivre,

Et les laissé me poursuivre.

Les attraper,

Et leur dire arrêtez de m’échapper.

Je vous aie eu,

Et sa ma plu ,

Vous consommer

Et en abuser.

Ils étaient tous là réuni ,

J’en ai même mangée , bue et vomis.

Et sa ne m’a même pas suffit

A les assouvir…

Tous compte fait ils m’ont encore,

Et ils m’auront toujours,

Car c’est sans retour,

Ils se sont éloignée et pour plusieurs jour.

Loin de mes lèvres, de mes mains , et de mon sommeil…

Nous

Mercredi 22 août 2007

Les gens croient faire l’amour
Mais ce ne sont que des vautours
Qui ne font que baiser
Et qui cherche à être aimée

Savent-ils vraiment ce que sait ?
Ils pensent peut-être le savoir
Moi j’dit qu’ils avancent dans le noir
Sans écouter leur cœur
Qui bas à mille a l’heure
Désespéré de n’être entendu
Par cette humain qui ferme les yeux
Et qui ne sait que se prendre pour un dieu

Même dieu ne sait même pas
Que ici bas
Les gens baise
Parce qu’ils sont faible

Mais dieu « est-ce que tu baise ? »
Sais tu au moins se que c’est ?
Tu devrais peut-être essayer
Et tu comprendrais
Qui ne font que tuer
Leur cœur affamé
D’amour et de beauté
Mais toi…
Tu restes là en haut
A flemmarder et à nous regarder
Est-ce juste pour t’amuser ?
Faut dire qu’il parait
Que l’on est fait a ton image
Sa doit être sa qui nous rend barge…