• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

Archive pour novembre 2007

Mirage

Dimanche 25 novembre 2007

pict1001.jpg

L’avanciens ou l’anticipateur

Dimanche 25 novembre 2007

Une fois sorti de cette couverture qu’est la chaire de notre mère on commence à penser réfléchir à nos plus profonds besoins manger, boire et tous dégager.

Je ne c’est pas si nous pensons à se moment ou si nous vivons chaque instant.

Si nous vivons chaque instant, par la suite on n’est soit traumatisé pas cette forme de vivre et on se met à tous prévoir, tous organiser en pensant tous anticiper.

Ou au contraire on vis chaque moment, on expérimente ce monde, on bois, on fume et on se droguent, on voyagent, on découvrent et rencontrent d’autre personne, qui comme nous on cette façon de vivre au jour le jour comme on dit, moi je dirais tous simplement ils :

Avance

Il faut toujours que l’on compense entre c’est deux manière de vivre.

Si on tombe trop dans l’anticipation on ce rend fou on ce renferment en pensant se protéger de tous de l’alcool et ses ravages, du sexe et de la fumette et ses maladie, de la guerre et épidémie .On anticipent, on anticipent, toujours et encore on en devient psychopathe et à chaque bruit à chaque mouvement que l’on fait c’est pour une raison un intérêt pour soit, je bois de l’eau parce que c’est saint, je ne fume pas pour mes poumons, je ne bois pas pour mon p’tit foie, mais ces cons ce rendent t’ils compte ( la c’est se qui « Avance ») que sa sert a rien le monde et déjà pourris, on la tellement pourris avec nos connerie que même si tu te protége de tous ton cerveaux sera obligatoirement atteint pas cette société d’anticipation.

Par contre les Avanciens eux sont en générale les jeunes qui n’ont pas encore étaient atteint et c’est de la que vient l’expression « Ahh c’est jeunes » ils ne sont pas jeune ils ont juste encore tout leur esprit de curiosité, d’envie ,d’expérimenter, de tous toucher, de découvrir mais parfois à force d’expérimenter ils tombent dans une conduite additive (Mes cours d’infirmière ressorte…) qui tue tous ce qui les rendez Avanciens ils ne peuvent plus regarder devant ils ne voient que leur échappatoire leur drogue et c’est comme si ils avaient des oeillé ,leur drogue, leur drogue et leur drogue , mais c’est pauvres qui auraient pu nous faire avancer rendre notre cervelle un peu moins pourris qu’elle ne l’est déjà sont tombé sous ces objet.

Par faute d’anticipation

Ils auraient du la doser s’en injecter un peu pour éviter de tomber dedans et continuaient à défendre leur idée et essayé de faire marcher le monde un peu plus rond au lieu de fumer, de boire, entre pote autour d’une de table de rêver mais de ne jamais se bouger, se battre pour les appliquer.

C’est pauvre neurone qui partent en fumer en même tant que leur pauvre joins au bout de leur main.

Démence

Mardi 13 novembre 2007

Un miroir, un regard

Elle nous crée

Elle nous sculpte

Un regard derisoir

 

On la subit, la suit

Je cours, la fait

Je suis bannit et enfermer

Ma différence les à gener

 

Un miroir, un regard

une image recréer

Je me sculpte, retransmer

Un regard à la norme

 

Je vit, et m’adapte

A vous et parmis vous

On est tous remanier

Pour plaire à notre société

 

Capture

Vendredi 2 novembre 2007

L’herbe, le soleil, les nuages

Me caressé le visage

Allongée je sentais

Son envie a lui aussi de me traverser

De me sentir

De me parcourir

De ses mains rempli d’extase

J’expérimente mon corps

Et lui a l’hameçon il mord

Ma chair et un dilemme

Et lui mon spécimen

Envoûtante et bien vivante

Laissant échappé de ses pores

Une odeur enivrante

D’innocence, sensuelle, ensorcelante

Il ne peu plus s’évader

De cette prison de chair

Il est comme transporter

Par une pulsion malsaine

Le désir prend le dessus

La raison n’est plus que superflue

Le venin la parcouru

Il ne s’en est même pas aperçu

Il est encore la, dans sa tête

Comme une pensé éternelle

Auquel il ne peu plus rester tiède

Car le goût et l’odeur de sa peau

Le parcours encore de soubresaut